EN TÊTE D'AFFICHE MARC-ANDRÉ LEMIEUX Samedi, 27 août 2016 Julie Perreault cumule les premiers rôles cette année. Après avoir bouclé 30 Vies au printemps, elle tourne actuellement L’Échappée et Catastrophe, deux séries dans lesquelles elle apparaîtra en tête d’affiche, une première depuis qu’elle est sortie du Conservatoire de Montréal en 1998. En entrevue au Journal, la comédienne de 40 ans déclare qu’elle traverse une période particulièrement riche professionnellement. «Ça arrive au bon moment, dit-elle. J’ai maintenant la maturité pour défendre ces rôles et bien gérer cette charge de travail.» Le premier projet dont Julie Perreault parle, c’est L’Échappée, un nouveau feuilleton de TVA (la série débutera le lundi 12 septembre à 20 h) dans lequel elle incarne Brigitte Francœur, une femme qui revient à Saint-Alice-de-Rimouski, son patelin d’enfance, 20 ans après l’avoir abruptement quitté. Écrite par Michelle Allen, l’auteure de Pour Sarah et Destinées, L’Échappée met également en vedette Anick Lemay, Patrick Hivon, Daniel Parent et Bianca Gervais. De son propre aveu, Julie Perreault était surprise qu’on lui propose le rôle de Brigitte, une auteure-compositrice «un peu tout croche» ayant abandonné sa fille. Étonnée, car depuis plusieurs années, on semble exclusivement lui proposer des personnages de femme rigide. Pensons seulement à Isabelle, la sergente-détective de 19-2, Fanny, la grande boss de Minuit le soir, ou même Claudie, la patronne des Jeunes loups. «J’étais contente de jouer quelque chose qui pouvait m’amener ailleurs», indique la principale intéressée. Et pourtant, Julie Perreault révèle que Brigitte est beaucoup plus proche d’elle qu’Isabelle et compagnie. «C’est probablement son côté très franc, direct et spontané, confie la comédienne. Brigitte est pleine de défauts: elle boit, elle est complètement instable, elle n’est pas fiable, elle n’a jamais pris ses responsabilités... Mais elle a beaucoup d’humour. Elle veut avoir du fun. C’est tout.» Ainsi, Julie Perreault n’a pas mis beaucoup de temps à s’approprier les textes de L’Échappée. «Certains personnages sont plus durs à apprivoiser. Ça m’a déjà pris deux ou trois ans à m’installer dedans. Mais pas cette fois. Ça m’a surpris moi-même!» lance-t-elle. Une belle catastrophe La voix de Julie Perreault s’anime également quand elle parle de Catastrophe, l’adaptation québécoise d’une sitcom britannique qui atterrira à Super Écran en février. Il s’agit d’une comédie dotée d’une distribution cinq étoiles (Gilbert Sicotte, Véronique Le Flaguais, Jean-Nicolas Verreault, Christiane Pasquier), qui raconte la folle histoire d’un one night stand, ou plutôt d’une aventure supposément sans lendemain. Julie Perreault y campe Audrey, une Québécoise qui tombe enceinte d’un Américain francophile (Rossif Sutherland) au terme d’une semaine de batifolage. «C’est le rôle que j’attends depuis toujours, révèle l’actrice. C’est une folle! Elle est complètement libre. Et c’est une série tellement drôle! C’est juste rempli de tendresse.» À ses débuts, Julie Perreault croyait qu’elle allait passer sa carrière à jouer des personnages comme celui d’Audrey. Elle était persuadée qu’avec son casting de jeune première, elle allait devenir une spécialiste de comédies romantiques. «Je pensais que c’était ça qui allait me faire travailler, mais au contraire, j’ai dû convaincre le monde que j’étais capable d’être convaincante dans quelque chose de bubbly, parce que j’ai commencé ma carrière en alignant des rôles beaucoup plus dark. Le personnage d’Audrey me ressemble : elle dit ce qu’elle pense, elle n’a pas de filtre et elle est maladroite, mais c’est une bonne personne.» En contrôle La réalisation de Catastrophe a été confiée à Louise Archambault, la cinéaste derrière le film Gabrielle. Les tournages prendront fin au mois d’octobre, ce qui alourdit passablement l’emploi du temps de Julie Perreault, avec ceux de L’Échappée, qui reprendront au début septembre. Mais cette dernière ne semble pas s’en faire. «Des fois, t’es sur mille affaires en même temps pis t’es éparpillée, mais cette fois, je suis en contrôle, déclare la mère de deux enfants de 14 ans et 7 ans. Oui, j’ai de grosses journées. Oui, ça chamboule la vie familiale, d’autant plus que Sébastien (Delorme, son conjoint) a commencé les tournages de District 31. Mais comme c’est le genre de rôle sur lequel je fantasme depuis que je suis sortie de l’école, je ne peux pas me plaindre!» DESTINS DE FEMMES Charlotte Aubin, Julie Perreault et Anick Lemay. Trois femmes se retrouvent au cœur de L’Échappée, la nouvelle série de TVA écrite par Michelle Allen (Destinées, Pour Sarah). Pour en savoir un peu plus sur chacune d’elles, nous avons discuté avec leurs interprètes, Julie Perreault, Anick Lemay et Charlotte Aubin. LA REVENANTE Brigitte (Julie Perreault) Les téléspectateurs de L’Échappée découvriront une nouvelle facette de Julie Perreault cet automne : la chanteuse. L’actrice, qui incarne Brigitte Francœur, une auteure-compositrice-interprète extravertie et flamboyante, qui rentre au bercail 20 ans après avoir quitté son village natal, a effectivement poussé la note durant les tournages du feuilleton, cet été. En entrevue au Journal, la comédienne parle d’une expérience qu’elle a bien failli regretter, d’autant qu’elle devait suivre des cours de guitare pour apprendre à jouer la chanson – à cinq accords – que Salomé Leclerc avait spécialement composée pour l’occasion. «J’ai fini par dire que j’allais faire mon possible», résume-t-elle. «La guitare, ce n’est pas compliqué, mais tu dois pratiquer, pratiquer et pratiquer. En fin de compte, ça s’est bien passé, parce que je sortais de 30 Vies, une expérience qui m’a drillée comme un soldat. Ça m’a inculqué une rigueur de travail. J’ai donc appris la guitare comme j’apprenais mes textes de 30 Vies: avec énormément de discipline. Les acteurs se fient souvent à leur instinct. On laisse monter l’émotion, on fait de grandes marches pour penser à notre rôle... C’est une bonne méthode, mais s’asseoir, travailler et travailler donne aussi des résultats.» La peur Chanter s’est avéré une autre paire de manches. Julie Perreault a recouru aux services d’un professeur pour s’assurer d’être fin prête. Mais au fil des leçons, la comédienne a réalisé qu’un plus gros défi qu’atteindre chacune des notes l’attendait au bout du compte: celui de vaincre sa peur de chanter en public. «La plus grande difficulté, c’était de jouer devant plusieurs personnes... Devant mes collègues de travail. J’étais complètement apeurée! Avant de tourner la scène, je leur ai dit : «Si vous me jugez, ce n’est vraiment pas gentil!» Une chance qu’ils m’ont soutenue, parce que j’étais tellement gênée!» Brigitte « C’est une impulsive, une petite bombe qui n’a pas de filtre. Dans son cœur, c’est encore une adolescente. Elle n’a pas appris à dominer ses pulsions. Elle dit ce qu’elle pense. Elle fait des gaffes, mais ce n’est jamais mal intentionné. Elle s’en veut toujours après. Elle est maladroite. Elle se met des gens à dos. Mais on sent une authenticité chez elle. Ça excuse ses maladresses. C’est comme un chien fou... ou pas dressé encore ! » L’auteure Michelle Allen LE PILIER Noémie (Anick Lemay) Quatre ans après Mauvais Karma, Anick Lemay se retrouve au cœur d’un nouveau trio de femmes dans L’Échappée, mais les comparaisons entre les deux séries s’arrêtent là. En effet, la comédie déjantée d’Isabelle Langlois qui mettait également en vedette Hélène Bourgeois-Leclerc et Julie Le Breton diffère passablement du drame de Michelle Allen, dans lequel elle incarne Noémie Francœur, la sœur aînée de Brigitte (Julie Perreault) et directrice du centre jeunesse L’Échappée. «C’est un pilier partout: dans sa famille, au centre jeunesse, dans son couple... C’est une femme droite, avec les valeurs au bon endroit. Elle mène bien son monde. Elle prend les problèmes des gens à bras le corps et trouve des solutions. C’est une femme aimante. Elle tient son clan serré. Elle n’a jamais reproché à Brigitte d’être partie. Elle a élevé sa famille avec tout l’amour qu’elle pouvait.» Après Yamaska Présentée comme la série qui remplacera Yamaska, qui a quitté l’antenne après sept saisons au printemps dernier, L’Échappée semble avoir été pensée pour durer plusieurs années. C’est du moins ce qu’espère Anick Lemay qui aimerait bien fêter son 50e anniversaire entre 2 prises. «Je prends les projets comme ils viennent, mais je pense qu’on est parti pour un bout, déclare la comédienne de 47 ans. Michelle a beaucoup de jus, puis les Québécois s’attachent beaucoup aux personnages des séries d’ici. Je trouve ça extraordinaire! C’est assez phénoménal, parce qu’on est un petit peuple de Gaulois, mais on est solidaires. Le cinéma québécois a plus de misère, mais notre télé a tellement de succès.» Retour au drame L’Échappée marque un retour au drame pour Anick Lemay. Interpréter un personnage bien ancré au sol, loin des névroses ludiques de Sarah dans Mauvais karma et Beth dans Toi & Moi, représentait un «tout autre défi» pour l’actrice. «Retourner au téléroman plus, avec ses revirements dramatiques, ses grandes larmes et ses grandes émotions, c’est le fun. Ça fait vraiment du bien. J’ai fini de tourner Toi & Moi au printemps, quelques semaines avant de commencer L’Échappée. C’était formidable de plonger au cœur d’un univers complètement différent. Je suis chanceuse.» Anick Lemay se dit également privilégiée de pouvoir revenir au théâtre après neuf ans d’absence cet automne. Dès octobre, elle foulera les planches du Rideau Vert dans La liste de mes envies, une pièce mise en scène par Marie-Thérèse Fortin avec Marie-Chantal Perron, Steve Laplante, Marc Legault et Tammy Verge. «Je suis folle de joie!» lance-t-elle à quelques jours du début des répétitions. Noémie « C’est la grande sœur. C’est celle qui s’est toujours arrangée pour réparer les gaffes de Brigitte. Plus jeunes, leurs parents ne leur ont pas accordé le même traitement. Ils ne leur ont pas donné la même place. Une a été obligée d’être plus raisonnable et l’autre était un peu la folle du logis. Tout ce qui a été refoulé et caché va donc ressortir. Elles vont devoir régler leurs affaires. » L’auteure Michelle Allen L’ENFANT ABANDONNÉE Jade (Charlotte Aubin) Dix ans après avoir tenu la vedette du film Roméo et Juliette alors qu’elle n’était qu’une adolescente, Charlotte Aubin retrouve le feu des projecteurs, mais au petit écran cette fois. Dans L’Échappée, elle campe Jade Francœur, la fille biologique de Brigitte (Julie Perreault), que cette dernière a abandonnée peu de temps après sa naissance. Blessée, Jade considère aujourd’hui Noémie (Anick Lemay) et Marc (Stéphane Gagnon) comme ses véritables parents. Elle forme aussi un couple solide avec Xavier (Félix Antoine Duval). «Je vois Jade comme une fille super positive, super lumineuse et douce, révèle Charlotte Aubin. Elle est devenue adulte avant le temps. C’est quelqu’un qui essaie de contrôler ce qui se passe autour d’elle pour éviter de tomber du côté dark et finir comme sa mère, qui n’a jamais pris le temps de penser à elle, de passer du temps avec elle pour tisser une relation ni pour l’élever. Comme sa mère a fait les choix inverses, elle veut rester en région, fonder une famille et partir une business.» Bien qu’à l’écran, ses relations avec Julie Perreault soient tendues, Charlotte Aubin affirme être devenue amie avec elle ainsi qu’avec Anick Lemay, ses deux principales partenaires de jeu. «On est vraiment chanceuses: la mayonnaise a pogné tout de suite, soutient l’actrice. On est devenues très proches très rapidement. On rit beaucoup ensemble. On fait plein de niaiseries!» Tournages au Bic L’Échappée, dont l’action se situe à Saint-Alice-de-Rimouski, une ville fictive du Bas-du-Fleuve, est actuellement tournée au Bic, du moins en partie (Otterburn Park, Varennes et Pointe-Claire font aussi partie des lieux de tournage). Les tournages en région ont beaucoup contribué à resserrer les liens entre comédiens, souligne Charlotte Aubin. «Tourner à l’extérieur de Montréal, ça rapproche parce que tout le monde est pris au même hôtel. Ça donne des conditions assez intenses, surtout qu’il faisait froid et qu’il n’a pas arrêté de pleuvoir tout le temps qu’on était sur place!» Une pause Si Charlotte Aubin a disparu du paysage cinématographique et télévisuel après Roméo et Juliette, c’est parce qu’elle a pris une pause de plusieurs années pour continuer ses études. Une décision qu’elle n’a jamais regrettée. «Je suis super contente et fière d’avoir fait mon école de théâtre, indique la comédienne, que nous avons aussi pu voir dans Blue Moon en janvier. J’ai arrêté pendant cinq ans pour aller faire ma formation d’actrice. Je suis maintenant prête à attaquer les 10 prochaines années, parce que j’ai pris le temps de peaufiner mon jeu, de rencontrer le théâtre et d’essayer plein d’affaires.» Jade «C’est la fille raisonnable. Mais on sent chez elle un immense fond de détresse, de sentiment d’injustice, de colère et d’abandon parce que sa mère est partie. Pourquoi? Ce n’est pas pour rien qu’elle veut se marier si jeune. Son désir d’avoir une vraie famille est très fort.» L’auteure Michelle Allen TVA présente L’Échappée le lundi à 20 h. À compter du 12 septembre.
PHOTOS CHANTAL POIRIER ENGLISH