Nouvelles du

mercredi 6 septembre 2017

TÉLÉVISION

Josélito Michaud et André Dupuy

donnent la parole à «Olivier»

 

Josélito Michaud et André Dupuy Photo: Frédéric Bouchard

 

 

Après «Feux», André Dupuy s'associe à nouveau avec l'auteur Serge Boucher pour «Olivier», une télésérie dramatique qui débarque à ICI Radio-Canada Télé les lundis à compter du 11 septembre. Mais ce projet marque aussi une première collaboration entre le producteur d'Amalga et Josélito Michaud, qui agit ici à titre de coproducteur pour les Productions Keep It Simple. Les deux hommes se sont confiés sur les particularités de ce projet bien personnel.

 

Adaptation du livre «Dans mes yeux à moi» de Josélito Michaud, «Olivier» s'inspire, tout comme le matériel original, de l'enfance du célèbre animateur. Le jeune garçon, que l'on suit à partir de l'âge de six ans, se promène d'une famille à l'autre. La transposition à l'écran du récit proposé par le coproducteur s'intéresse aux différents foyers que cet enfant visite jusqu'à l'âge de dix-huit ans où il aspire à s'émanciper et devenir enfin libre.

 

Bien sûr, Josélito Michaud le reconnaît, le public voudra connaître la part de réalité et de mensonge de cette histoire. «C'est un témoignage sur une réalité», tranche-t-il, signalant que ce sont les émotions d'Olivier qu'il a vécues d'abord et avant tout. «Tous les événements ont quelque part des ressemblances et des parentés, mais ce qui est le plus important est que ça a été fait dans un seul but […]: je ne veux surtout pas qu'un jour d'autres adultes abusent de ces jeunes enfants.»

 

L'animateur avoue que son rôle de coproducteur lui a permis de construire et déconstruire son passé en observant l'évolution du projet. Il note toutefois que sa volonté était surtout de raconter cette histoire, bien avant de chercher un bienfait thérapeutique à cette expérience. «Je voulais que ça se dise», insiste-t-il.

 

Ce parcours, il est teinté par la plume de Serge Boucher à qui Josélito Michaud et André Dupuy ont donné carte blanche. «On lui a dit "tu fais ce que tu veux, c'est ta pâte à modeler à toi, invente des nouveaux personnages, crée une nouvelle dynamique". C'était très important pour la liberté du créateur», affirme le producteur de Keep It Simple.

 

Une séquence marquante où le jeune garçon se confesse et confie au prêtre que «c'est plus beau quand on ment» en est un exemple parfait. «Ça, c'est du Serge Boucher», dit Josélito Michaud avec le sourire.

 

De son côté, André Dupuy juge qu'un projet de cette envergure nécessite un soin particulier aux détails historiques durant la préproduction. «Pour cela, il faut reculer dans le temps, il faut revenir à l'heure où les cellules familiales avaient d'autres codes, où le mot tolérance avait une autre définition, indique-t-il. "Olivier" se veut un reflet de la fin des années 60 jusqu'au début 80, mais c'est aussi un aide-mémoire pour se rappeler d'où on vient collectivement».

 

Le producteur d'Amalda souhaite également que l'histoire d'«Olivier» résonne dans les chaumières pour donner à l'enfant de 2017 toute la place à laquelle il a droit. «L'enfant n'est pas faible, il n'est pas une valeur négligeable. Il mérite qu'on lui accorde le statut d'être humain à part entière», déclare André Dupuy.

 

[Frédéric Bouchard]

 

Nouvelle 2 de 20 - Quotidien Qui fait Quoi - Le mercredi 6 septembre 2017 No 5355

ENGLISH